Private War : Même avec un seul oeil je continue mon métier

Il y a tout un sens de regarder Private War quand on regarde notre société qui se nourrit de fake news, de buzz, de scandale, mais jamais de journalisme. Private War c’est un biopic qui veut redonner une lettre de noblesse à ce métier en mettant en avant une grande reporter : Marie Colvin

Toujours au feu de l’action

Plus qu’un film pour parler des reporters, Matthew Heineman veut rendre hommage à Marie Colvin, qu’on ne connaît pas forcément, mais qui est une correspondance de guerre très connue de notre époque pour son côté rebelle et sa volonté de donner la parole aux personne sans voix qui détienne une réalité qu’on ne connaît pas forcément. Le film va s’attarder sur sa mission très dangereuse en Syrie dans la ville de Homs. Avant d’aller en Syrie, le biopic développe un peu ce qu’est Marie Colvin, à travers ses différents reportages, tout en nous rappelant combien d’année avant la Syrie, qui est un moyen de nous dire que c’est un événement important dans la vie de la journaliste, quand on ne connaît pas son histoire.

On va la suivre au Sri-Lanka ou elle perdra son oeil gauche, en Irak, en Libye avec l’interview de Khadafi avant que ce dernier soit tué. Toutes ces séquences vont s’enchaîner, ce qui nous permet d’avoir un biopic très rythmé qui nous montre bien la personnalité de Colvin et sa volonté de toujours donner la parole à ces personnes qui souffrent. Quand on arrive en Syrie, on comprend qu’on est sur une sorte de climax du film et pourquoi c’est le point central du biopic. On le comprend, car on voit Marie Colvin qui ne cache pas qu’elle est entrain de vivre l’un des conflits les plus compliqués qu’elle a pu suivre

On suivra aussi la reporter dans sa vie quotidienne à Londre et c’est totalement un autre personnage. Depuis l’accident au Sri-Lanka, on voit un personnage qui souffre de plus en plus, qui a des traumatismes et qui n’arrive pas forcément à dormir. Ce qui est intéressant dans ce passage, c’est de voir un vrai personnage qui est une femme très forte en plein doute et fatigué. Toutes ces réflexions avant la Syrie enrichisse le développement du personnage et on comprend que même si elle souffre, elle a ce besoin d’être sur le terrain, de ressentir cette adrénaline, puis c’est sa raison de vivre. Le danger fait partie de sa vie.

La guerre n’épargne rien

Avant de regarder le film, je vous conseille de bien digérer votre repas, car le film va pas vous faire un gros câlin, même si il ne sera jamais dans un délire de montrer l’horreur gratuitement. Dès le premier plan on sait dans quoi nous embarque Matthew Heineman pour son premier long métrage, qu’on avait vu sur des documentaires, le premier plan fait très documentaire quand on voit cette vue d’hélicoptère de la ville d’Homs en Syrie. Quand on voit ce plan, on se rend compte très vite des dégâts que peut causer une guerre et on se dit qu’elle n’épargne rien.

Private War est un biopic convaincant quand on voit la performance de Rosamund Pike qui incarne tellement bien tout ce qu’incarne Marie Colvin, avec l’adoption d’une voix très grave et quand on voit l’actrice, on voit qu’elle s’impose dans un milieu plutôt masculin et qui ne se laisse pas faire. Je n’avais pas vu Rosamund Pike, depuis Gone Girl ou elle avait un personnage pas évident à jouer vu que c’était un film de Fincher, mais elle confirme tout le bien que je pense d’elle. Je veux aussi parler rapidement de Jamie Dornan qui joue le rôle de Paul Conroy, un photojournaliste qui va accompagner Marie Colvin. Cela faisait depuis bien longtemps que je n’avais pas vu une bonne performance de l’acteur irlandais, on sera loin de sa grosse performance dans la série The Fall , mais en tant que personnage en retrait, c’est une prestation très sobre, mais cela nous permet de comprendre qu’il y a une belle amitié entre la reporter et le photojournaliste.



Je vous invite vraiment à regarder ce film, il est rare de trouver de bons films en direct to vidéo de ce niveau et on peut même être déçu de ne pas avoir eu une sortie en salle pour découvrir le premier long métrage de Matthew Heineman. A Private War c’est un biopic captivant qui nous plonge dans la vie stressante d’un reporter dans des lieux dangereux tout en rendant un très beau hommage à cette grande femme qui a tant fait pour ce métier.


Vous pouvez me soutenir sur : https://utip.io/eyrio

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s